Eurêka !

Eurêka ! 2015

Retrouver ici l’ensemble des soirées qui ont composé le cycle Eurêka ! Rencontres scientifiques et cinématographiques en 2015.

Bon voyage !


Les Indiens Yanomami : Eurêka !

Après le Souk de Sciences (Place du Postel), venez partager avec nous l’ouverture d’Eurêka ! SAMEDI 30 MAI 2015 – MJC d’Apt - 16h30 En partenariat avec le Campement scientifique, le Souk des sciences et la MJC d’Apt

Énoncée dans l’introduction de Tristes Tropiques, de Claude Lévi-Strauss, cette réflexion devient un manifeste, une critique de l’exotisme. Pour l’ethnologue, le voyage n’est pas un but, mais un moyen indispensable pour apporter des connaissances, des informations sur les sociétés qu’il rencontre.

Conversation avec l’ethnologue Alex Lhermillier : La communauté Yanomami

« Depuis la nuit des temps jusqu’à l’époque des Lumières et à nos jours, la nature et l’économie ont toujours porté l’être humain à évoluer biologiquement, à progresser techniquement, culturellement, socialement. Cette évolution, parfois rapide, a bien souvent conduit à des malentendus, des catastrophes qui ont fait disparaître et continuent à éradiquer de notre planète de nombreuses espèces végétales et animales, ainsi qu’un grand nombre de sociétés. »

Prenant pour référence ses recherches de terrain chez les Indiens Yanomami, réalisées il y a 40 ans au cœur de la forêt amazonienne au sud du Venezuela, Alex Lhermillier propose un témoignage ethnographique sur la vie familiale, sociale et économique de cette communauté.

Ethnologue, Alex Lhermillier a partagé la vie de trois ethnies vénézuéliennes (Yek’wana, Yanomami, Yukpa). En compagnie de son épouse, il a côtoyé ces cultures amérindiennes, appris à regarder leur univers et à comprendre leur mode de vie. Ensemble, ils sont en outre traducteurs de plusieurs auteurs latino-américains (Alejandro Jodorowsky, Isabel Allende…).

Projection d’un extrait du film Les Indiens Yanomami, de Jean-Pierre Marchand (1970, 25 min, archives de l’INA)

L’extrait de ce documentaire consacré à la société Yanomami, nous fait découvrir les aspects de leur mythologie. L’ethnologue Jacques Lizot nous y livre quelques termes de leur vocabulaire et un témoignage de la remarquable relation qu’il entretient avec les communautés qu’il étudie.


Eurêka ! La Bombe de Peter Watkins !

Samedi 12 Septembre à 18h30, Salle de fêtes de Rustrel

L’appartenance à une histoire commune a évolué et évolue à bas bruit dans le Luberon… Un impressionnant dispositif de la dissuasion nucléaire française été installé dans la Grande Combe de Rustrel à l’époque de la Guerre froide. La présence militaire a transformée les conditions sociales et économiques de la population du Plateau d’Albion. Mais, quelle est aujourd’hui la perception de la guerre nucléaire ?

Programme

18h30 Promenade avec Severine BRUNETON et Giulia RONCHI (artistes associées à "Une idée dans l’air") pour arpenter la mémoire de ce conflit fondateur.

20h30 Rencontre « Du plateau d’Albion à l’Europe : représentations de la Guerre froide  » par Marion FONTAINE, agrégée d’histoire, maître de conférences à l’Université d’Avignon et Pays de Vaucluse, chercheuse au Centre Norbert Elias (CNRS/EHESS).

Projection « La bombe » de Peter WATKINS Royaume Uni, 1965, 48 minutes.

A partir de données recueillies à Hiroshima, Nagasaki et en d’autres lieux de bombardements intensifs, Peter Watkins essaie d’imaginer ce que provoquerait une attaque nucléaire sur l’Angleterre. Il décrit minutieusement les dispositions qui seraient prises par le gouvernement britannique et les administrations locales quand les frappes atomiques auraient créé le chaos...

Interdit de distribution pendant 13 ans par les autorités britanniques qui en étaient pourtant les commanditaires, ce documentaire - fiction reçut l’oscar du meilleur documentaire et un grand prix au Festival de Venise.

Entrée gratuite ! Dons acceptés !!! Une petite restauration sera proposée à la vente

Réservations : 06 69 56 97 27 ou cameralucida84@gmail.com


EUREKA ! LES TACHES DOMESTIQUES : UNE AFFAIRE DES FEMMES.

Avec la chercheuse Marianne ALEX et la réalisatrice Inés RABADAN.

Vendredi 16 octobre à 19h Salle de fêtes de Caseneuve.

On vit dans une société ou les femmes peuvent faire carrière mais elles le font à condition qu’une autre femme, une alter égo puisse faire certains tâches à leur place. Comment se construisent entre femmes les rapports de genre et de classe dans le cadre du travai domestique ?

19h Intervention et projection

"Représentations des femmes dans le monde du travail domestique". Rencontre avec Marianne Alex de l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse. Ses travaux de recherche portent sur le genre et le cinéma. Elle s’intéresse également aux représentations des femmes dans le monde du travail.

Karaoké domestique (35 minutes, 2013, Bélgique) Réalisation, montage, performance :Inès Rabadán. En présence de la réalisatrice

Dans toutes les maisons, quelqu’un doit ranger, lessiver, nettoyer. Mais qui ? Karaoké domestique est une performance et une expérience : trois ” couples ” de femmes, dont l’une s’occupe du travail ménager de l’autre, sont interviewés sur l’organisation et la hiérarchie complexe qui règne dans une maison.

Quel lien se crée entre les maîtresses de maison et les femmes de ménage qu’elles emploient ?

Ces six témoignages de femmes, interprétés en image par la réalisatrice, viennent nous interroger sur nos représentations des patronnes et des femmes de ménages. En tenant l’ensemble des rôles, la réalisatrice Inès Rabadan offre ainsi un regard original sur les relations patronne-femme de ménage.

20h30 Buffet dégustation avec le tissu associatif local.


Eurêka ! Les Films de Campus

En présence d’Emmanuel Ethis, Recteur de l’Académie de Nice, professeur des universités et Sociologue de la Culture, et de Damien Malinas, Sociologue du cinéma, maître de conférences attaché au Laboratoire Norbert Elias, Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.

Projection de Les fraises sauvages d’Ingmar Bergman

En partenariat avec l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse et la Communauté de Communes du Pays d’Apt Luberon.

Les films de campus mettent en scène l’université, des étudiants, un campus, une bibliothèque. Ils se sont imposés dans le paysage cinématographique et sont devenus un genre à part entière. Car, tout comme le western ou le polar, le film de campus se plie à des règles bien précises et obéit à une dramaturgie très codifiée. Il est aussi le regard fantasmé sur un univers universitaire où se construit l’identité des jeunes. Les auteurs du livre Les films de campus (Armand Colin, collection 128, Paris, 2009), présentent combien l’université au cinéma offre un éventail des manières différentes de penser la jeunesse.

Film : Les fraises sauvages d’Ingmar Bergman (89 minutes, Suède, 1957)

Isak Borg (Victor Sjöström) est invité à Lund pour y recevoir une distinction honorifique couronnant sa longue carrière de médecin. Bousculant ses plans à la suite d’un rêve énigmatique, il décide de s’y rendre en voiture, et sa belle-fille Marianne (Ingrid Thulin) se joint à lui à la dernière minute.

Ce voyage sera l’occasion pour lui de revenir, tant géographiquement qu’émotionnellement, sur les moments qui ont marqué sa vie, et d’en retrouver les protagonistes.

apéritif : 18h en partenariat avec la Communauté de Communes du Pays d’Apt Luberon. projection : 18h30 tarif 6 €